MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

Fédération de Haute-Garonne

Fédération de Haute-Garonne
 
 
 
 

Hommage à Marcel Clouet

le 02 février 2012

Marcel Clouet est né le 30 mai 1911 à Toulouse. Son père, avec Marcel Crastes est l’un des fondateurs du parti communiste français à Toulouse.

Il adhère aux Jeunesses communistes et devient très vite l’un de ses responsables.

Très jeune, Marcel Clouet, charpentier, compagnon du Tour de France est appelé à ce titre à séjourner dans de nombreuses villes du pays.

Marcel prend ainsi conscience des injustices sociales et de la nécessité de lutter pour changer cet état de fait.

Il participe activement aux évènements de 1934 contre les ligues fascistes qui menacent la République et à la victoire du front populaire, en 1936.

En 1937, il se bat dans les rangs des Brigades internationales au Pays basque espagnol.

Ses lettres décrivent la dureté des combats, les souffrances indicibles de la population écrasée sous les bombes des avions d’Hitler, dont Guernica est le symbole dramatique.

Dans une lettre à ses parents, Marcel Clouet fustige la politique de non-intervention de la France, il ajoute « … des vivres, des médicaments c’est bien, mais ce qu’il nous faut aussi ce sont des canons, des avions… » Il martèle ses mots « …Je le répète encore une fois, aider l’Espagne républicaine c’est permettre à ce pays de sauver son indépendance, mais aussi la liberté et la paix du monde… »

Fait prisonnier par les franquistes, il échappe à l’exécution en se faisant passer pour un journaliste. Il reste 17 mois en prison et rentre à Toulouse.

Marcel Clouet est mobilisé. Lors de l’offensive allemande de 1940, faisant preuve d’un courage exemplaire, il est grièvement blessé en couvrant le décrochage de sa batterie.

A ce titre, il est cité à l’ordre de sa division et décoré de la Croix de guerre avec palmes.

Il réchappe miraculeusement à ses multiples blessures. Amputé d’un bras, il reprend ses activités militantes et travaille à Toulouse et dans sa région à la reconstitution du Parti communiste français et des Jeunesses communistes interdits par le gouvernement.

Très vite, sous son impulsion, les Jeunesses communistes déploient une grande activité contre la clique de Vichy et sa collaboration avec les nazis.

Marcel Clouet, avec d’autres de ses camarades, est l’instigateur de la volée de tracts, sur le cortège de Pétain, rue Alsace Lorraine, le 5 novembre 1940. Ont participé à cette action : Angèle et Yves Bettini, Jean Bertrand, Angèle et André Delacourtie ainsi que Robert Caussat, décédé en octobre dernier. Nous saluons avec émotion la présence d’ Angèle Bettini, en ayant une pensée affectueuse pour Angèle Delacourtie, gravement malade. Ce sont les deux survivantes de cette action d’éclat.

La police de Vichy les arrête : Marcel Clouet sera condamné au maximum de la peine, 4 ans de prison mais avec sursis en raison de son attitude héroïque pendant la guerre.

Marcel Clouet reprend la lutte mais courant le danger d’être arrêté une nouvelle fois, il rejoint Lyon.

Il fait partie de l’Etat major des Francs Tireurs et Partisans français (F.T.P.F.), délégué auprès de l’état major F.F.I. de la région lyonnaise.

Il impulse et coordonne la lutte des patriotes dans le sud-est de la France.

Sur dénonciation, il est arrêté par le sinistre Klaus Barbie, à Caluire, lors d’une réunion de l’état major des F.T.P.F.

Interné au Fort Montluc à Lyon, torturé pendant un mois, il ne parlera pas. Le 16 juin 1944, avec 27 de ses camarades FTPF, il tombera sous les balles des Nazis.

 

 

Lors de la cérémonie marquant le 67ème anniversaire de sa mort, le 25 juin 2011, le MJCF31 lui a rendu hommage :

Intervention de la JC à cet hommage